Seleziona una pagina

Ponte Lambro

Green Land

est une commune italienne d’environ 4500 habitants située dans la province de Côme dans la région Lombardie.


Ponte Lambro se dresse entre les montagnes du Triangle Larian, dans une position stratégique près du fleuve Lambro. Le village existait déjà à l’époque romaine: les éléments de preuve le plus important provient de restes trouvés dans le site archéologique de la zone de Schieppo, qui comprennent les restes de murs, une centrale thermique, les dépôts de céréales, des tombes et des pièces de monnaie.
L’histoire de Ponte Lambro est principalement liée à l’activité économique, l’exploitation de la terre à celui de la rivière et de sa force: la filature de soie, les usines de papier et, enfin, la construction du Cotonificio a conduit à sa forme actuelle. L’industrie a réorganisé le territoire selon zones de travaille, générant une sorte de “village industriel”: il va des maisons pour les travailleurs, à ceux des employés jusqu’à les résidence des propriétaires ou des administrateurs. Une l’histoire basée sur l’activité économique, mais où forte et évidente sont aussi des liens avec la sphère culturelle et ecclésiastique entre architecture, en incluant la façade de l’église paroissiale de Ponte, attribuée à l’exposant du néoclassicisme Cantoni et le couvent de San Bernardo sur le territoire de Lezza. Compte tenu de la position caractéristique du village, il ne pouvait pas manquer un point de vue spécial, récemment mise en sécurité, Sass Tavarac. Pour les passionnés, ça c’est la plaque tournante qui vous permet d’atteindre des pics les plus importants du Triangle Larian (Puscio, Palanzone Bolettone pour mentionner certaines des sommets les plus facilement accessibles).

Lieux d’intérêt

COTONIFICIO ET VILLA GUAITA

Parcours: à partir de la gare, atteindre place Puecher, continuer pour rue Guaita, rue Castelletti, rue Geret al Lambro et rue Piave. Ces rues permettent de parcourir l’intérieur du pays et de voir les principals agglomérations liés au Cotonificio et aussi les traces de la ruisseau que alimentait les machines de filature et les papeteries.

COTONIFICIO ET VILLA GUAITA

En marchant de la gare les rues de Ponte Lambro, vous pouvez vous diriger vers place Puecher en suivant les traces des 2000 travailleurs de la filature de coton de Ponte Lambro, qu’une fois animé les rues du pays. Déjà en 1891, un groupe de industriels Swiss Ruschmann avait fondé l’entreprise, née de l’acquisition d’une petite industrie locale de chapeaux. Depuis près de 20 ans, l’industrie suisse s’est répandu sur le marché grâce à la production nationales de tissu fin pour la doublure et de la gaze pour pansements. Après avoir donné une impulsion à l’usine de coton, la Société Ruschmann à quitté Ponte Lambro, où, cependant, l’activité industrielle a continué florissante, en supposant le nom de “Cotonificio di Ponte Lambro”. Depuis 1935, le succès de la filature de coton commence à exploser encore plus loin, en permettant à ses produits de traverser les Alpes et les océans, pour atteindre l’Europe de l’Est, l’Egypte et l’Amérique latine. Grâce à un politique des prix très agressif, surtout compte tenu de la haute qualité des produits fabriqués, la filature de coton atteint l’apogée de son succès et décide d’investir sur le territoire de Ponte Lambro créant des œuvres d’une grande utilité sociale, l’amélioration pas seulement de la qualité du travail et de la vie de ses travailleurs, mais en influençant aussi le prestige du pays lui-même. C’est dans cette période que est realisé un groupe impressionnant de maisons pour les employés, en leur donnant la possibilité de se déplacer des villes voisines. En plus des maisons naissent aussi magasins et cantines, est introduite une organisme qui gère les loisirs et le temps libre des employés du sector, mis à disposition des travailleurs des terrains des jeux, une bibliothèque et il est fondé le corps musical de Ponte Lambro. Poursuivant le voyage de place Puecher, en passant par rue Guaita, rue Castelletti, rue Geret al Lambro et rue Piave, vous pourrez vous immerger dans les rues étroites à l’ombre des maisons des anciens travailleurs, où une fois terminé le travail ils pourraient rejoindre leurs familles ou de loisirs grâce aux services que l’établissement leur offrait. Sur le voie, vous pourrez admirer Villa Guaita, jusqu’à il y a quelques années maison de retraite pour les personnes âgées. La villa, construite en 1700, est réparti sur deux étages de plus de 1600 mètres carrés et est entouré d’un grand parc arboré, récemment rénové et ouvert au public. Dans le parc il y a aussi un court de tennis, un terrain de boules et de la vieille volière de Villa Guaita. Après avoir découvert comment le Cottonificio de Ponte Lambro a contribué au développement du pays que nous pouvons apprécier aujourd’hui, suivant une politique de l’entreprise d’avant-garde pour l’epoque, vous pouvez profiter de l’ombre des arbres du parc de Villa Guaita et de l’odeur caractéristique de leur écorces. Éventuellement – pourquoi pas? – en mangeant une bonne glace!
www.villaguaita.com

MONASTÈRE DE SAN BERNARDO

Parcours: partir de place Puecher, passer pour rue Trieste et place IV novembre et arriver en rue San Salvatore. Pendant le parcours pour rejoindre le couvent c’est possible observer les differentes “santelle” – kiosques à journaux tipiques – disposes sur la route. Durée de la visite: à discretion du visiteur.

MONASTÈRE DE SAN BERNARDO

Les soirs d’hiver, face à la flamme d’un foyer, avec un verre de vin et une poignée de marrons chauds, les anciens racontaient l’histoire d’un homme bon, qui a vécu au Moyen Age, sur le territoire de Ponte Lambro. Peut-être les horreurs de la période, peut-être l’appel du Seigneur, certains disent que était la tentative d’expier un péché, a conduire Battista – ce fut le nom de l’homme – à s’isoler du reste du monde pour méditer et prier. Donc, vêtu l’habit de la pénitence, élu à son ermitage un groupe de huttes qui formaient Letia, aujourd’hui Lezza. Contrairement à ces temps sombres, théâtre de continuels conflits politiques et religieux, se distinguait la figure de San Bernardo di Chiaravalle. Merci à son travail de prédication, St. Bernard a donné une nouvelle vie à la spiritualité médiévale dans toute l’Europe, ce qui incite beaucoup à revêtir l’habit et repeupler monastères abandonnés ou même s’isoler dans les monastères et les plus reculés des cavernes. Souhaitant contribuer à la renaissance de la foi, l’humble ermite a décidé d’abandonner l’isolation pour construire une modeste chapelle en Letia portant le nom du Saint-Maître. Dans un court laps de temps autres moines ont rejoint le bon Battista, ils se sont réunis son héritage spirituel après sa mort, puis ils ont continué à aider dans le corps et l’âme les habitants, leur enseignant de nouvelles techniques agricoles, à élever des digues et à faire du commerce avec profit . De l’Oratoire de Battista aujourd’hui, il s’en reste rien. Cependant, il represente aujourd’hui l’origine lointaine du couvent de San Bernardo, qui abrite la plus ancienne des églises qui peuvent être vus sur le territoire de Ponte Lambro. Autour de l’église, caractérisée par une nef unique et terminant par une abside rectangulaire, avec une petite chapelle de chaque côté, se trouvent les bâtiments qui composaient le couvent. L’église et le monastère a subi de nombreuses rénovations au fil du temps, en rendant le complexe une riche superposition de styles: de la façade Rococò fin à l’autel maniériste de la fin de la Renaissance, du plafond à caissons jusqu’à les œuvres du XXe siècle realisées par Magistretti. L’église est riche de fresques et de peintures. En particulier méritent attention la Cena di Emmaus et la Madonna conservés dans la sacristie. Digne de mention particulière, comme elle remonte à l’église originaire c’est la santella avec Cristo crocefisso tra due santi monaci.

SASS TAVARAC

Parcours: de rue Trieste prendre rue Guglielmo Marconi et traverser la route provinciale Arosio – Canzo pour rejoindre le Sass Tavarac.

SASS TAVARAC

Dans le silence de la forêt, rompu seulement par vostre respiration et par l’appel de certains moineau, vous pouvez entendre haute et forte la voix des montagnes environnantes. Leur c’est un appel fracassant, cependant, perceptible seulement par le plus aventureux, muette aux autres. Si vous entendez la voix de la montagne, dans les rues de Ponte Lambro vous pouvez vous diriger vers le Sass Tavarac et profiter du paysage le long de la voie à suivre. Procédant par ordre, de Ponte Lambro le parcours le plus caractéristique pour rejoindre la pierre passe de la localité de Cravenna. De là, vous pouvez prendre le chemin qui mène à l’ermitage de San Salvatore qui absolument mérite une visite, aussi utile de prendre un souffle après une marche de 30 minutes. De là, c’est possible prendre le sentier qui mène à un lieu de retraite et de prière, immergé dans une atmosphère de silence retentissant, comme si la nature elle-même aviez également respect de la sainteté du lieu, a été construit par un groupe de frères capucins en 1536. Prenant le chemin, on s’engage sur le sentier balisé dans les bois, que des 600mt d’hauteur vous porte doucement pendant 30 minutes à une altitude de 720mt, à la falaise du Sass. La falaise, c’est une grande pierre calcaire vertical triangulaire de 60 mètres de haut, une destination populaire pour les grimpeurs locaux. En regardant la pierre, sur le côté droit de la paroi a été tracé un assez exigeant sentier, surtout dans la première partie de la montée. La position à basse altitude, l’exposition au sud-est et un chemin facile d’atteindre permettent de lutter contre le Sass pratiquement pendant toute l’année, si le climat le permet. Un célèbre alpiniste américain Ed Viesturs, capable de grimper les 14 huit mille de la planète, dans “style alpin” a dit que “atteindre le sommet est facultatif,mais c’est obligatoire retourner.” Pour cette raison, si vous ne possédez pas les compétences ou les outils du métier, vous pouvez prendre le chemin de la vallée après avoir profité de la vue depuis le pied du rocher. Ceux qui ont l’expérience et le courage nécessaire, peuvent affronter la falaise, entre passages verticaux et traverses à couper le souffle. Une fois au sommet, vous pourrez dominer le paysage environnant: le bleu vif du ciel jusqu’à les eaux profondes du lac, divisé seulement par les pics du Corno di Canzo et le mont Cornizzolo. C’est indéniable que ceux qui montent plus haut, voient plus loin. Pourtant, le chemin vers le sommet est un voyage vers eux-mêmes, n’importe où vous arrêtiez, soit au pied du Sass Tavarac que que au sommet, vous découvrirez comment un après-midi immergé dans la nature et le silence puisse être capable de régénérer l’homme dans le corps et surtout dans l’âme.

COMMENT Y ARRIVER

En bus:
ASF Autolinee
C 40 Como – Erba – Lecco arriver à Erba et continuer avec la C99 Circolare Erba
C49 Como – Erba – Asso et continuer avec la C 99 Circolare Erba

En train:
Ferrovie Trenord de Milano Nord Cadorna Train Régional R16 Asso – Seveso – Milano, descendre à Ponte Lambro

En voiture:
De Como: parcourir la SS 342 en direction de Bergamo

De Lecco: parcourir la SS 36 en direction de Milano, sortir à Como/Erba et contiuer sur la SS 41

De Milano: parcourir la SS 36 en direction de Lecco, sortir à Molteno/Merone et continuer sur la SS 41

Découvrez les Green Lands

Explore les terres verts du Lac de Como!